mardi 21 mars 2017

L'instant poésie #16 - Le jour où je me suis aimé pour de vrai







Bonsoir !


Il y a très longtemps que je ne vous ai pas proposé ce rendez-vous, créé par le blog Read Look Hear , et qui s'appelle L'instant poésie.

Mais je viens de lire un poème qui m'a beaucoup plu, donc j'ai envie de vous en faire profiter.

Il a été écrit par Kim McMillen, une femme écrivain, mais a été attribué à tort à Charlie Chaplin, car il l'aurait récité lors d'un de ses anniversaires.



Le jour où je me suis aimé pour de vrai



Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J'ai compris qu'en toutes circonstances,
J'étais à la bonne place, au bon moment.
Et alors, j'ai pu me relaxer.
Aujourd'hui je sais que cela s'appelle…
L'Estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J'ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n'étaient rien d'autre qu'un signal lorsque je vais à l'encontre de mes convictions.
Aujourd'hui je sais que cela s'appelle…
L'Authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J'ai cessé de vouloir une vie différente et j'ai commencé à voir que tout ce qui m'arrive contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd'hui, je sais que cela s'appelle…
La Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J'ai commencé à percevoir l'abus dans le fait de forcer une situation ou une personne, dans le seul but d'obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n'est pas le moment.
Aujourd'hui, je sais que cela s'appelle…
Le Respect.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J'ai commencé à me libérer de tout ce qui n'était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait cela de l'égoïsme.
Aujourd'hui, je sais que cela s'appelle…
L'Amour propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J'ai cessé d'avoir peur du temps libre
Et j'ai arrêté de faire de grands plans, j'ai abandonné les méga-projets du futur.
Aujourd'hui, je fais ce qui est correct, ce que j'aime quand cela me plaît et à mon rythme.
Aujourd'hui, je sais que cela s'appelle…
La Simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J'ai cessé de chercher à avoir toujours raison,
Et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd'hui, j'ai découvert…
L'Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J'ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l'avenir.
Aujourd'hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.
Aujourd'hui, je vis une seule journée à la fois et cela s'appelle…
La Plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J'ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.
Mais si je la mets au service de mon cœur, elle devient une alliée très précieuse ! Tout ceci, c'est…
Le Savoir vivre.

Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter.
Du chaos naissent les étoiles.















lundi 20 mars 2017

C'est lundi, que lisez-vous? #55



Bonjour à tous !


Je vous retrouve - avec un peu de retard - pour le C'est lundi, que lisez-vous?, rendez-vous initié par Malou et repris par Galleane, où je vous parle de mes lectures de la semaine passée, de mes lectures en cours et de mes lectures à venir.


C'est parti !










Un thriller fantastique qui démarre de façon assez sympathique, avec une bande d'adolescents qui découvrent un grimoire de magie dans le grenier des grands-parents de l'un d'eux, et qui commettent la bêtise d'essayer une des formules. Ils vont bientôt le regretter car les choses vont  sévèrement se corser pour eux. Le premier tiers du livre est plutôt "gentillet" comparé à la suite... Car on n'est pas dans du jeunesse ou du Young Adult, on est dans du Chattam, et il ne faut pas faire l'erreur de l'oublier.











Et effectivement, la suite est beaucoup moins cool. Je dirais même qu'elle est terrifiante, par moments. Il y a un suspense de fou, des scènes à ne pas mettre sous tous les yeux et des horreurs sorties de nos pires cauchemars d'enfants. Sérieusement, je suis même obligée de faire des pauses dans ma lecture pour encaisser certains passages et laisser mon cœur se calmer. Et je n'en suis qu'aux 2/3 ! Qu'est-ce que ça va être à la fin... Pourtant, en tant que fan absolue de Stephen King, je devrais être habituée ! Et ben apparemment non. Et je vais même dire mieux : je n'ai jamais flippé comme ça avec un livre de SK. Mais il est vrai aussi que ce ne sont pas des thrillers fantastiques : juste du fantastique. Et je supporte beaucoup mieux le fantastique pur que les thrillers, ça c'est un fait avéré. Du coup, j'ai bien l'impression que les deux genres mis ensemble, et par Chattam qui plus est, ça me plaît beaucoup certes, mais ce n'est pas bon pour ma tension... 😃










Alors oui, je sais, il y a changement total de programme par rapport à ce que j'avais annoncé la semaine dernière, mais je peux l'expliquer. 😄 D'une part, Cassie préfère reporter à plus tard la Lecture commune, et d'autre part, j'ai eu entre temps ma nouvelle consigne pour le Challenge dont vous êtes le héros, qui est : Lire un roman dans lequel le héros est « perdu » (au sens littéral ou non, perdu dans la forêt ou perdu parce qu’il n’a plus de mémoire par exemple)

Donc, après avoir demandé conseil, j'ai eu quelques pistes, et j'ai décidé de lire ceci, qui correspond parfaitement au thème, puisque l'héroïne est amnésique. 










Bonne semaine et bonnes lectures à tous !








Récapitulatif de la semaine : du 13 au 19 mars 2017




Bonjour !


Vous avez raté quelque chose sur mon blog la semaine dernière ? Voici tout ce que j'ai publié au cours des sept derniers jours.

Comme toujours, il vous suffit de cliquer sur la couverture du livre chroniqué ou sur les logos des rendez-vous pour arriver directement sur les articles.



Chroniques











Rendez-vous




Lundi








Jeudi








Vendredi








Dimanche


















Bonne semaine à tous !








dimanche 19 mars 2017

In My Mailbox - Mars 2017, semaine 3



Bonjour à tous !



Je suis très heureuse de vous retrouver aujourd'hui pour mon In My Mailbox.

In My Mailbox (ou IMM) est un rendez-vous mis en place par Kristi, du blog The Story Siren et inspiré par Alea, du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres, mais aussi les livres achetés ou empruntés en bibliothèque.
C'est le blog Lire ou mourir qui s'occupe des In My Mailbox français. 


Cette semaine, dans ma boîte aux lettres, encore uniquement de la romance, avec :



- les deux réceptions de mon abonnement Harlequin





Yorkshire, XIVe siècle 
« J’ai une offre à vous faire, maître Danby… »
Lorsque maître Vernon lui propose sa nièce en mariage, Hal comprend qu’il n’a pas le choix : il ne sera admis dans la très sélective guilde des forgerons que s’il le décharge d’une bouche à nourrir. Sa carrière vaut-elle de s’unir à une femme qui en aime un autre ? Car la belle Joanna est éprise du demi-frère de Hal, qui vient de la rejeter cruellement. Et c’est justement Hal qui a poussé ce bellâtre à avouer qu’il ne l’épouserait jamais, exposant ainsi Joanna au chagrin et au ridicule. La courageuse jeune femme mérite mieux que cela : un époux qui prenne soin d’elle, et une position pour s’affranchir de son oncle. Alors, puisque leurs intérêts convergent…













Ecosse, XIIIe siècle
« Sortez de ma chambre et de mon fort ! »

Lioslath est outrée devant l’audace de son ennemi. Comment Bram, le chef du clan Colquhoun – l’homme responsable de la mort de son père –, a-t-il osé s’introduire dans sa chambre ? Manifestement, il a trouvé le chemin de son passage secret… sinon, il serait dehors aux côtés des hommes qui encerclent le fort Fergusson depuis un mois. Vient-il la menacer ? La faire prisonnière ? Non, à l’entendre, il veut seulement engager des pourparlers pour la convaincre d’ouvrir le fort à son armée, ce que Lioslath refuse catégoriquement. Hélas, loin de s’avouer vaincu, l’insolent revient plaider sa cause, nuit après nuit…








- et un autre livre de la même collection, parce qu'il me faisait vraiment envie et que je ne l'ai pas reçu dans mon abonnement





Angleterre, IXe siècle 

Prenez-la… Ces mots hantent les pensées de Merewyn. Comment sa belle-sœur a-t-elle pu la livrer aux guerriers vikings qui attaquaient leur manoir, simplement pour protéger la récolte ? Depuis ce jour funeste, Merewyn mène une vie de captive et a dû faire une croix sur sa noble ascendance pour servir le fils du seigneur viking. Heureusement, malgré la réputation sanguinaire et la carrure impressionnante de son nouveau maître, Eirik ne la traite pas comme une esclave. Au contraire, il lui assure qu’il ne lui fera aucun mal, et se montre… protecteur. Mais peut-elle faire confiance à un homme qui l’a brutalement arrachée aux siens ? 













Et vous, aimez-vous les romances historiques ?






Throwback Thursday Livresque #22 - Livre jamais chroniqué




Hello !


Voici le 22e numéro de ce rendez-vous vraiment très sympa créé par BettieRose books.

Comme d'autres rendez-vous sur le même principe, BettieRose donnera chaque semaine un thème et il faudra partager la lecture correspondante à ce thème.

Je suis désolée pour mon énorme retard, mais je n'ai pas eu le temps de m'y atteler plus tôt.

Mais me voici finalement, pour le thème :


Un livre jamais chroniqué sur votre blog et pourtant apprécié




Etant donné que mon blog n'existe que depuis un an et que j'ai lu des dizaines, voire des centaines de livres avant, le choix était très large.

Néanmoins, je ne voulais pas présenter un livre que j'ai lu il y a trop longtemps, ni d'un livre dont j'ai déjà parlé maintes fois sur ce blog au cours des divers TAGs, TOPs et autres rendez-vous.

Après avoir longtemps hésité, j'ai décidé de vous parler du Meurtre du lac, 1er tome de la série Emma Graham, de Martha GRIMES.





Une grande demeure abandonnée sur les rives d'un lac silencieux... Pour Emma, douze ans, petite fille solitaire et pleine d'imagination, quoi de plus fascinant ? Surtout quand cette maison était celle d'une enfant retrouvée noyée dans ces eaux noires quarante ans auparavant. Meurtre ou accident ? L'affaire ne fut jamais élucidée, mais dans ce petit coin de l'Amérique profonde, avec ses bourgades isolées au milieu des bois, ses habitants singuliers et leurs habitudes jalouses, chacun détient une part de la vérité. Aussi, personne ne se souciant d'elle ni de ses questions, Emma entreprend, avec détermination et habileté, de rassembler une à une les pièces de ce puzzle tragique. Jusqu'à ce qu'un nouveau cadavre vienne bouleverser cette innocente enquête et ramener les vieilles histoires à la surface du lac...








J'adore les romans de Martha GRIMES. Sa série Jury et Plant est un délice pour moi qui aime les enquêtes "à l'anglaise", avec des cottages, des manoirs et des villages typiques, des personnages excentriques et de nombreux "tea time". 

Cette série-ci est complètement différente, mais je l'aime tout autant. Déjà, elle ne se passe pas en Angleterre mais en Amérique, et l'héroïne est une petite fille de 12 ans. Elle vit dans une minuscule bourgade de l'Amérique profonde, où elle connait tous les habitants, leurs manies et leurs habitudes. Sa famille est vraiment originale, puisqu'elle vit avec sa mère, qui tient un hôtel-restaurant, sa grand-tante qui vit cloîtrée au 2e étage de l'hôtel et qui demande à Emma de lui préparer des cocktails à n'importe quelle heure de la journée, et son frère Will qui passe sa vie dans le garage à monter des pièces de théâtre avec son meilleur ami Mill.

Tous les tomes de la série se passant pendant les vacances scolaires, Emma a beaucoup de temps libre. Sa seule obligation est d'être présente au moment des repas pour servir les quelques clients du restaurant. 

Le reste du temps, elle peut aller et venir à sa guise, ce dont elle ne se prive pas. Très curieuse et dotée d'une imagination débordante, elle se pose toujours des questions sur de vieilles histoires de meurtres ou de disparitions non résolues, et se met en tête de les résoudre à sa façon, profitant de son jeune âge et de ses airs innocents pour poser des questions à tout le monde, sans que personne ne trouve ça bizarre.

Une des choses amusantes de cette série, c'est qu'Emma se déplace le plus souvent en taxi pour se rendre de l'hôtel au centre ville de sa commune ou en train pour aller à la ville voisine, tout aussi paumée et minuscule que la sienne.

Certains ont reproché à cette série d'être lente et ennuyeuse. Certes, il est vrai qu'il n'y a pas des masses d'action, et que les enquêtes d'Emma avancent tout doucement, petit détail après petit détail, mais c'est justement ça que j'aime, moi.

Il y a une ambiance très particulière dans ces romans : tantôt amusante car la façon qu'a Emma de nous raconter son quotidien et de nous décrire la vie de cette petite ville du sud des Etats-Unis est souvent très drôle, et tantôt oppressant car certains passages distillent une angoisse sourde, voire malsaine.

J'aime vraiment beaucoup cette série, et j'ai lu les 4 tomes parus à ce jour, même si je reconnais avoir préféré les deux premiers aux deux derniers.











Le thème de la semaine prochaine sera : 



 Un pavé de plus de 500 pages








samedi 18 mars 2017

Guerriers d'Irlande, tome 1 : Le Prince oublié

Auteur : Michelle WILLINGHAM
Editeur : Harlequin - coll. Les Historiques
Parution : août 2016
Nombre de pages : 309







Irlande, XIIe siècle
Killian nourrit une rancune tenace envers le roi d'Irlande, son père, qui a refusé de le reconnaître à sa naissance, le forçant à grandir dans la honte. Alors quand la princesse Taryn sollicite son aide afin de sauver son propre père, qui s'est rebellé contre le roi, il n’hésite pas et accepte. Mais plus les jours passent, plus la craintive jeune femme le trouble : elle est la seule à ne pas le traiter comme un bâtard royal et à croire en son destin. Il doit pourtant prendre garde aux sentiments qu'elle éveille en lui car, tout fils de roi qu’il est, il sait que les princesses lui sont interdites...



















Ce que j'en ai pensé



Pendant très longtemps, j'ai fait un blocage sur les livres dits "sentimentaux". Je n'ai jamais rien eu contre les histoires d'amour dans les livres, évidemment, mais les romans centrés uniquement là-dessus, "à l'eau de rose", comme on disait à l'époque, je me refusais à en lire parce que j'estimais que c'était une perte de temps, que quand on en avait lu un on les avait tous lus, que ce n'était pas de la "vraie" littérature, etc...

Aujourd'hui, je pense d'une part qu'il n'y a pas de "vraie" ou de "fausse" littérature, et d'autre part, que du moment qu'on prend du plaisir à lire un livre, ce n'est jamais une perte de temps et peu importe le nombre de livres de ce genre qu'on lira.

Du coup, comme j'ai très envie de lire des romances depuis quelque temps, des livres légers, qui finissent bien et comblent mon côté "fleur bleu" , eh bien je me suis lancée. Et ma foi, j'ai passé un très bon moment.

Bien sûr, il y a bien les clichés habituels de ce genre littéraire qui m'ont fait sourire, du genre "la jeune femme qui relève fièrement le menton" ou "l'homme qui l'attrape par la taille et la colle au mur pour l'empêcher de partir", mais cela fait partie du jeu, en quelque sorte. Et si on l'accepte, on se laisse embarquer dans l'histoire.

Dans cette histoire-ci, Killian est un guerrier qui a grandit au sein d'un clan dont le chef le hait, sans qu'il sache pourquoi. De ce fait, lui et sa mère ont été traités comme des esclaves, alors  qu'il est le fils bâtard du Roi Suprême d'Irlande (ou peut-être est-ce justement à cause de cela ?). La seule qui l'ait jamais aimé et traité en égal (en-dehors de sa mère, bien sûr, mais dont on ne sait quasiment rien, vu qu'il y a longtemps qu'elle est morte), c'est la propre fille du chef, Carice. Mais elle se meurt de jour en jour d'un mal étrange qui l'affaiblit considérablement. Et son père, qui refuse de voir la vérité en face et de prendre sa maladie au sérieux, la promet en mariage au Roi Suprême. Or celui-ci est un homme cruel et impitoyable, et Carice est terrorisée rien qu'à l'idée de l'épouser. Elle supplie donc Killian de l'aider à s'enfuir de la demeure de son père.

Au même moment, la princesse Taryn, fille d'un autre chef de clan, apprend que son père a été fait prisonnier par le Roi Suprême et condamné à mort pour trahison. Convaincue que son père ne peut pas être coupable et désobéissant à sa mère, elle se sauve du château familial avec une seule idée en tête : aller sauver son père. 

Des circonstances indépendantes de leur volonté et des événements imprévus amèneront Taryn et Killian à se rencontrer et à passer un marché dont les termes prévoient que chacun aidera l'autre à sauver la personne qui lui est chère (autrement dit le père de Taryn et Carice).

Quand la 4e de couverture dit que Killian n'hésite pas à apporter son aide à la princesse Taryn, ce n'est pas tout à fait exact. Pour dire la vérité, il hésite même pendant les 3/4 du livre. En fait, il promet de l'aider presque dès le début parce qu'ils concluent un accord, mais jusqu'à la fin ou presque, il se demande s'il a bien fait d'accepter. 

Mais malgré ses doutes et ses réticences, il ne peut nier qu'il est troublé par cette femme qui ignore qu'elle est belle, par son innocence et son comportement étrangement naturel à son égard. Tout cela est tout à fait nouveau pour lui, et suscite des sentiments ambigus en lui : tantôt ça le met mal à l'aise car il se dit qu'étant donné son statut, il n'aura jamais le droit de l'épouser, et tantôt il se laisse aller à espérer et trouve que l'attitude de la jeune femme est très rafraîchissante et réconfortante. 

Alors ces deux êtres que tout semblaient séparer : lui, le bâtard royal traité comme un esclave depuis son enfance et qui s'est forgé une carapace de froideur et de dureté pour moins souffrir et elle, princesse traumatisée par des faits remontant à son plus jeune âge et persuadée qu'aucun homme ne voudra jamais l'épouser à cause d'un défaut physique - et encore moins l'aimer -, apprennent peu à peu à s'apprivoiser et à se faire confiance.

J'ai trouvé intéressant ce thème de l'importance qu'avait l'apparence des femmes à cette époque et des injustices et souffrances que cela pouvait engendrer. Un homme pouvait être laid à l'extrême, mutilé ou même invalide, du moment qu'il était riche et puissant, il trouvait toujours une épouse. Mais qu'une femme ait la plus petite anomalie physique, et il devenait impossible de la marier, même si elle apportait une dot considérable et de ce fait, elle était condamnée à être la honte de sa famille et un poids mort, puisqu'on ne pouvait pas l'utiliser pour contracter une alliance par le mariage. 

Les deux personnages principaux, Killian et Taryn, sont touchants chacun à leur façon, mais j'ai eu une petite préférence pour Killian, car il a su tirer profit de son enfance rude et solitaire et s'est endurci sans devenir méchant. Il a lutté jour après jour pour se faire une place au sein de ce clan qui le rejetait et a travaillé dur pour devenir un des meilleurs guerriers du pays. J'ai trouvé attendrissant son trouble vis-à-vis de Taryn, ainsi que son étonnement puis sa reconnaissance envers elle quand il se rend compte qu'elle ne le traite pas en serviteur mais en homme, le mettant sur un pied d'égalité avec elle. Enfin, j'ai beaucoup aimé tous les efforts qu'il déploie pour lui faire comprendre qu'il ne s'intéresse pas à elle par pitié ou par intérêt mais parce qu'elle lui plaît réellement.

C'est d'ailleurs cela qui m'a le plus agacé chez Taryn (mais j'ai conscience que sans ça, le livre aurait été beaucoup plus court, donc c'était un peu obligé) : son incapacité à voir et à accepter que Killian ne joue pas avec elle et ne se sert pas d'elle non plus. Et surtout, que ses sentiments à son égard évoluent au fil des jours, et que les raisons qui l'ont poussé à l'aider au début ne sont plus les mêmes à la fin.

D'une manière générale, je n'ai pas pu m'empêcher de me dire que s'ils livraient un peu plus souvent le fond de leurs pensées les choses seraient moins compliquées. Mais encore une fois, ce sont les règles du jeu de ce genre de livres, et c'est ce qui fait toute leur saveur. Si c'était trop simple dès le début, il n'y aurait pas d'intrigue, ni de rebondissements, de quiproquos, de disputes, de réconciliations... et ce serait beaucoup moins palpitant.

Au niveau du contexte historique et politique, sans aller jusqu'à dire que l'auteur a fait un travail de recherche en profondeur, il faut reconnaître qu'il est quand même bien présent, avec les problèmes de réunification des clans sous une seule autorité, la lutte contre les envahisseurs venus du nord, les alliances, les trahisons... et j'ai bien apprécié cet aspect-là, car à quoi servirait-il de lire une romance historique si le côté historique était quasiment voire complètement inexistant ?...


Conclusion : Une lecture légère et facile, avec une histoire captivante et palpitante, une écriture fluide et agréable, des héros attachants, de la sensualité, des sentiments... Bref, une romance historique sympathique, qui remplit bien son rôle.


Ma note : 15/20 







Cette lecture rentre dans le cadre des challenges :